• Je m’appelle Timothée Adolphe. Je suis champion d'athlétisme paralympique en situation de cécité.
  • Nous sommes au stade Charlety, le stade où tout a commencé.
  • Cliquez sur les objets pour découvrir mon univers.
0/7 objets

Jappeloup,

Guide de vie de Timothée

Timothée a grandi avec des animaux, et très jeune, il savait déjà qu'il voulait être accompagné par un chien guide. Il a été suivi par la S3AIS (maintenant appelé SIAM 78, Service d'Intégration des Aveugles et Malvoyants) à l'âge de dix ans, où il était en relation avec une instructrice en locomotion.<br><br> Enfant, Timothée refusait la canne blanche, et surtout le regard des autres qui venait avec. Quand on lui a dit que pour avoir un chien guide, il fallait savoir se débrouiller avec la canne blanche, c'est le déclic, il accepte instantanément. Il a son premier chien guide, Baltik, autour de l'âge de 18 ans.

La musique :

Fondamentale pour Timothée

La musique est très importante dans la vie de Timothée Adolphe, le champion est également un artiste musical. Timothée écrit depuis très jeune des nouvelles, de la poésie et sa pratique évolue vers le slam puis le rap. Il a été séduit par le hip-hop pour son esprit contestataire qui transmet un message.Il a déjà considéré une carrière musicale mais a décidé qu’il avait plus de chances de réussite en s’investissant sérieusement dans l’athlétisme. 'En sport, tu perf : tu perces'. La musique est pour lui un hobby qu’il prend cependant très au sérieux, il enregistre en studio et travaille sur son sens du rythme. Par ailleurs, l’athlète multi-casquettes prépare aussi son arrivée dans le stand-up, pour casser les idées reçues sur le handicap par le biais de l’humour. Encore un nouveau challenge à venir pour Timothée Adolphe.

Athlétisme et courses T11

En course d'athlétisme T11, l'athlète paralympique et son guide courent en duo. Ils utilisent donc deux couloirs. Selon les règles, l'athlète doit passer la ligne d'arrivée avant son guide. Il y a des athlètes complètement malvoyants et des athlètes extrêmement malvoyants qui gardent quand même un potentiel visuel. On demande à tous les athlètes de porter des patchs sur les yeux en plus des lunettes opaques, pour que tout le monde soit sur un pied d’égalité.

Le torball,

Un sport inclusif

Le torball est un sport de ballon qui est pratiqué par des sportifs déficients visuels (malvoyants ou non-voyants). Il est populaire en France et cherche à se promouvoir au niveau international. Le torball ne fait pas partie des sports paralympiques car le goalball, autre sport collectif de ballon pratiqué par des sportifs malvoyants, est déjà reconnu. Dans le torball, la dimension sonore est prédominante. Ainsi se mêlent la résistance, la vivacité et la souplesse. Ce sport a été créé en Allemagne en 1955 dans des centres de réadaptation pour blessés de guerre, ce n'est qu'en 1970 que le torball fut introduit pour la première fois en France.